Il faut manger pour vivre et non vivre pour manger...

Certes, nous savons bien que se nourrir est un besoin fondamental vital, mais connaissons nous ce qui se joue dans notre corps pour transformer notre alimentation en carburant pour nos cellules ?

Réviser l’anatomie de l’appareil digestif en indiquant le rôle spécifique que jouent ses différents organes pour assurer la digestion permet de mieux comprendre les conséquences et les particularités liés à la confection d’une stomie.

RAPPEL D’ ANATOMIE

L’appareil digestif comprend :

  • D’une part le tube digestif commençant par la bouche, puis l’œsophage, l’estomac, suivi par les intestins, d’abord l’intestin grêle entre 6 et 7 mètres composé de 3 parties : le duodénum, le jéjunum et l’iléon, puis le colon d’environ 1m50 comprenant le colon droit, le transverse, le colon gauche, le sigmoïde suivi du rectum et se terminant par l’anus.
  • D’autre part les glandes digestives (glandes salivaires, glandes gastriques, le foie avec sa vésicule biliaire, le pancréas, les glandes intestinales) fabriquant les substances comme les enzymes et la bile qui aident à digérer les aliments pour qu’ils deviennent des nutriments (protides, lipides, glucides, vitamines, sels minéraux) et l’eau indispensables à la santé de nos cellules.

A partir du schéma situé en haut de page, vous pourrez visualiser la position des différentes stomies sur le circuit digestif et comprendrez mieux leurs particularités.

Chacun des organes de l’appareil digestif assurent un rôle particulier dans le cheminement de l’alimentation, la digestion, l’absorption des nutriments nécessaires pour assurer l’énergie et la vitalité de nos cellules et chacune de ces étapes montre des caractéristiques différentes.

Pour plus d’informations spécifiques sur chacune d’elles il vous suffit de cliquer sur le mot qui vous intéresse.

Oesophagostomie

Définition :

C’est l’abouchement de l’œsophage au niveau de la peau du cou pour permettre l’évacuation de la salive.

C’est une stomie rare qui s’impose lorsque l’œsophage est endommagé et/ou inutilisable (malformation, cancer, brûlure caustique etc…). Elle est souvent réalisée provisoirement en attente d’une chirurgie de reconstruction de l’œsophage.

Particularités / rôle de l’œsophage :

  • Les glandes salivaires sécrètent continuellement de la salive dans la bouche (entre 1 litre et 1 litre 500 par jour). La salive contient des enzymes nécessaires pour commencer la digestion des aliments mais très agressives et irritantes pour la peau. Ces caractéristiques impliquent de poser autour de l’orifice de la stomie, un dispositif de recueil adhésif.
  • Cette poche doit être souple pour ne pas gêner les mouvements du cou (monobloc de préférence ) vidangeante ou vivable pour pouvoir être vidée plusieurs fois par jour et munie d’un protecteur cutané pour éviter l’agression de la peau par la salive (voir les différents laboratoires ou fournisseurs)
  • L’alimentation par la bouche n’étant plus possible, elle se fera soit directement dans l’estomac par une gastrostomie, soit en injectant directement par voie veineuse des préparations de nutriments (alimentation parentérale).

Gastrostomie

Définition :

C’est l’abouchement de l’estomac à la peau de l’abdomen par l’intermédiaire d’une sonde ou d’un dispositif appelé « bouton » permettant d’administrer l’alimentation ou les traitements oraux directement dans l’estomac.

La gastrostomie est destinée à alimenter les personnes pour qui la voie normale par la bouche est impossible (troubles neurologiques de la déglutition, malformations, maladies graves de la sphère ORL, oesophagostomie …) ou insuffisante (dénutrition sévère). Ce mode d’alimentation s’appelle une nutrition entérale (signifiant : qui passe par l’intestin).

Selon l’indication, elle peut être provisoire ou définitive.

Gastrostomie

Particularités / rôle de l’estomac :

  • Au cours d’une digestion normale, le rôle de l’estomac est de produire le suc gastrique (environ 2,5 litres/jour) composé d’acides, d’hormones et d’enzymes capables de réduire les aliments qui arrivent mâchés de la bouche, à l’état liquide pour qu’ils passent dans le duodénum. Ceci explique l’extrême agressivité du liquide gastrique et les brûlures cutanées constatées lors des fuites autour de la sonde de gastrostomie.
  • Les soins consistent surtout à préserver une parfaite étanchéité et le maintien en place de la sonde ou du « dispositif bouton » grâce au ballonnet le retenant dans l’estomac et, pour certaines sondes, à la bague de fixation cutanée qui doit être ni trop serrée (risque de plaie de pression sur la peau ou de tirer sur le ballonnet) ni trop peu (risque de fuite du liquide gastrique sur la peau, donc de brulure).

Des protocoles adaptés à chaque situation vous préciseront les soins d’entretien quotidiens ou hebdomadaires nécessaires pour les sondes ainsi que leur changement (entre 3 et 6 mois). Prévoir également une sonde de rechange en cas de perte accidentelle du dispositif car l’orifice cutané se referme en quelques heures et venir rapidement dans le service d’hospitalisation….

Le dispositif bouton est plus petit, plus discrets, et selon la technique de pose, il remplacera la sonde après 3 mois. Il est nécessaire d’adapter un prolongateur au moment de l’alimentation.

SONDES DE GASTROSTOMIE

Il existe plusieurs modèles de sonde gastrique. Des rinçages soigneux, à l’eau distillée, de l’intérieur de la sonde sont indispensables après chaque utilisation.

Ne pas oublier de mettre le bouchon obturateur entre temps.

Jejunostomie

Définition :

La jéjunostomie est la mise à la peau du jéjunum soit directement ,soit par l’intermédiaire d’une sonde.

Particularités /rôle du jéjunum

Au cours du processus de digestion, le rôle du Jéjunum est essentiellement de réabsorber les nutriments pour qu’ils passent dans la circulation sanguine. A ce niveau, le contenu du jéjunum est très liquide, très abondant (de 3 à 5 litres par jour) très agressif pour la peau péristomiale (pH très alcalin) car chargé des enzymes provenant du pancréas et de la bile déversées dans le duodénum.

Ce peut être une stomie d’alimentation ou de dérivation.

  1. Stomie d’alimentation : par l’intermédiaire d’une sonde suffisament longue permettant d’administrer une alimentation entérale (=par l’intestin) hypercalorique. Plus rarement réalisée que la gastrostomie elle est incontournable dans les suites d’une chirurgie lourde pour lésions de l’œsophage ou de l’estomac ou pour les personnes très dénutries souffrant de la maladie de Crohn. Elle ne nécessite pas la mise en place d’une poche mais des soins relatifs à l’entretien et au maintien de la sonde de jéjunostomie pour éviter de la perdre.
  2. Stomie de dérivation (ou fistule) : Elle est exceptionnellement réalisée chirurgicalement mais il peut exister des fistules spontanée de ce segment d’intestin. Le jéjunum est ouvert et généralement amarré à droite sur l’abdomen. La jéjunostomie est caractérisée par l’émission d’effluents liquides très abondants, très agressifs ce qui implique un appareillage particulier de préférence vidangeable type « haut débit » ou au moins vidable et des protecteurs cutanés indispensables. De plus, sur le plan nutritionnel une alimentation par voie veineuse (parentérale) est généralement nécessaire pour pallier le manque d’absorption des nutriments, (syndrome du grêle court).

Iléostomie

Définition :

L’iléostomie est la dérivation et l’abouchement à la peau de l’abdomen, de la dernière partie de l’intestin grêle, l’iléon, permettant l’évacuation du liquide intestinal.

L’iléostomie est habituellement située sur le flanc droit et se présente comme un bourgeon de muqueuse rouge. Ce n’est pas une plaie, elle est indolore.

L’iléostomie peut être temporaire, pour 1 à 3 mois afin de protéger une suture sur l’intestin et une ré-intervention sera nécessaire pour fermer la stomie.

L’iléostomie est parfois définitive lorsqu’il est impossible de réaliser la «remise en continuité » de l’intestin.

Les indications conduisant à réaliser une iléostomie sont multiples :

  • Des maladies : tumorales, inflammatoires, infectieuses.
  • Des traumatismes : accident, agression….
  • Des malformations congénitales chez les enfants….
  • Des causes iatrogènes : Radiothérapie,
  • Pour protéger une suture de l’intestin situé plus bas, le temps de sa cicatrisation… (temporaire)

Particularités/ rôle de l’iléon

Le rôle de l’iléon, dernière partie de l’intestin grêle, est de poursuivre le travail d’absorption des nutriments dont l’essentiel est réalisé dans le duodénum et le jéjunum. Le contenu iléal est toujours liquide (comprenant de l’eau et du sodium) et corrosif pour la peau car chargé d’enzymes et de bile (qui lui donne sa couleur jaune). Avant de se raccorder au colon, au niveau du caecum, l’iléon absorbe spécifiquement la vitamine B12 (indispensable à la formation des globules rouges du sang), ainsi que des sels biliaires.

Une iléostomie est donc caractérisée par :

  • l’émission de selles liquides plus ou moins grumeleuses avec parfois des débris d’aliments non digérés (ou des gélules de médicament…).
    • Nécessité d’un appareillage adhésif vidable (poche)
    • Mastication soigneuse, …
  • Des selles irritantes pour la peau
    • Utilisation impérative de protecteurs cutanés
    • Réfection du joint de protecteur cutané 1 à 2 fois/jour
  • La quantité de selles émises varie dans le temps :
    + ou – 2 litres en post opératoire+ ou – ½ litre à 1,5 litre en quelques semaines

    • Nécessite une hydratation importante : minimum 1,5 litre d’eau/jour
    • Si la quantité de selles est >à 1,5 litre risque de déshydratation
  • Peu de gaz (air dégluti pendant le repas, boissons gazeuses…)
  • Pas de maîtrise de l’écoulement car pas de sphincter (muscle de serrage)
    • La poche doit être munie de filtre de dégazage
  • Flux presque permanent au début puis rythmé par les repas surtout.
    • Rythme de vidange de la poche 4 à 8 fois par jour selon besoin
  • Si iléostomie définitive, risque d’anémie par carence en vitamine B12 :
    • Injection périodique en intra musculaire de vitamine B12

Problématique / iléostomie

  • Selles liquides ou pâteuses
  • Selles irritantes pour la peau
  • Peu de gaz
  • Quantité d’effluents :
    • En post opératoire immédiat : +- 2L
    • Après quelques semaines : +- 800cc à 1,5L
  • Plusieurs exonérations par 24H

Objectifs des soins / iléostomie

  • Recueillir les effluents
  • Protéger la peau
  • Selles irritantes pour la peau
  • Eviter les complications peristomiales :
    • poche vidable ou vidangeable
    • protecteurs cutanés indispensables

Protection cutanée indispensable

Protecteurs cutanés :
  • Forme de pâtes en tubes
Iléostomie protecteurs cutanésforme de pâtes en tubes
  • Anneaux et barrettes
Iléostomie protecteurs cutanés anneaux et barrettes
  • En poudre
Iléostomie protecteurs cutanés poudres
  • Vernis en spray filmogènes
Iléostomie protecteurs cutanés vernis

Colostomie

Définition :

La colostomie est l’abouchement à la peau de l’abdomen d’une partie mobile du colon dans le but de dériver les matières fécales et les gaz.

Colostomie
Sièges des entérostomies

Sièges des entérostomies

  1. Iléostomie
  2. Caecostomie (rare)
  3. Colostomie transverse droite
  4. Colostomie transverse gauche
  5. Colostomie gauche : Sigmoïdostomie

On distingue :

  • La colostomie droite ou caecostomie est rarement réalisée
  • La colostomie transverse peut se faire à droite ou à gauche
  • La colostomie gauche ou sigmoîdostomie est la plus fréquente des stomies digestives. Elle est généralement située à gauche sur l’abdomen.

La colostomie peut être temporaire ou définitive selon la pathologie en cause.

Les indications conduisant à réaliser une colostomie sont multiples :

  • Des maladies : tumorales, inflammatoires, vasculaires.
  • Des traumatismes : accident, agression….
  • Des malformations congénitales chez les enfants….
  • Des causes iatrogènes : Radiothérapie, perforation….

Particularités/ rôle du cadre colique

Dans le caecum arrive essentiellement de l’eau, plus ou moins 1,5 litre ainsi que des résidus d’aliments fibreux car les humains ne possèdent pas d’enzymes capables de les digérer contrairement aux « ruminants ». Le rôle du colon est d’absorber l’eau des selles et de décomposer les aliments fibreux grâce aux milliards de bactéries qui s’y développent normalement, appelé la flore intestinale (le microbiote intestinal). Ces germes, en grande partie situés dans le colon droit sont très utiles. Ils provoquent une fermentation qui permet de réduire les fibres mais génèrent des gaz.

L’emplacement de la colostomie sur la longueur du cadre colique définit la qualité et la quantité des selles :

  • au niveau du caecum : Semi-liquides et abondantes (comme iléostomie)
  • au niveau du transverse : Semi pâteuses et fréquentes
  • au niveau du sigmoïde : Selles moulées et évacuation intermittente (1 à 2 selles/jour)

Les gaz proviennent de l’air ingéré en mangeant, de féculents ou autres aliments provoquant des flatulences, boissons gazeuses et de la fermentation formée dans le colon par les bactéries qui y vivent.

Les matières et les gaz s évacuent sans possibilité de contrôle par la stomie puisque le muscle (sphincter) qui permet de les retenir est situé plus bas, au niveau de l’anus.

Pour remédier à toutes ces contraintes :

  • Le port d’une poche de recueil adhésive est alors nécessaire.
  • Selon la consistance des selles elle sera fermée ou vidable.
  • Munie d’un filtre charbon permettant l’évacuation des gaz sans odeur.

L’irrigation

En cas de colostomie gauche lorsque le transit est régulier avec des selles moulées, il existe une alternative. Il est possible de retrouver la maitrise du moment de l’exonération en pratiquant la technique de « l’irrigation ».
Cette pratique nécessite une prescription médicale. Si elle vous intéresse ,un apprentissage vous sera proposé par une infirmière stomathérapeute.

Problématique / Colostomie gauche

  • Selles moulées
  • Exonération une à deux fois par jour
  • Gaz dont une partie est malodorante
  • Evacuation parfois bruyante des gaz
  • En cas de diarrhée, cf soins aux personnes iléostomisées

Objectifs des soins / colostomie

  • Recueillir les selles
  • Recueillir et filtrer les gaz, et les désodoriser
  • Limiter les bruits
  • Eventuellement contrôler les exonérations

Centre de préférences de confidentialité

Nécessaires

Enregistrement de la session utilisateur

session

Analytics

_ga, _gid, _gat